Emailings et sécurité : comment détourner les filtres anti-spams ?

email marketing

Votre emailing est bien construit, l’objet est accrocheur, le message est pertinent… et pourtant la moitié des destinataires ont reçu votre emailing dans leurs SPAMS. Si cette situation vous arrive régulièrement, il est temps d’y remédier. 

Mais alors comment atteindre le graal du 100% de taux de délivrabilité ? Découvrez sans plus attendre nos  4 conseils.

Collectez des contacts de qualité

Optimiser sa délivrabilité commence dès le début. Soyez donc vigilant dès lors du processus de collecte des adresses emails : 

  • Dans vos formulaires, privilégiez la double-saisie du mail en désactivant le copier-coller.
  • Privilégiez le double opt-in en envoyant à vos nouveaux contacts un email de validation pour confirmer leur adresse. 
  • Utilisez un système de vérification type “captcha” pour éviter que des robots vous soumettent de fausses adresses. 

 

Nettoyez votre base de données

Nous savons qu’il peut être très tentant de faire un import directement de sa CRM ou bien d’un fichier de contacts dans son outil d’emailing sans nettoyage préalable. Cette étape de nettoyage, qui peut être perçue comme une perte de temps, est pourtant indispensable.

Nous vous conseillons donc de supprimer : 

  • Les adresses inexistantes, désignées comme “hard bounce” par votre outil d’emailing ainsi que demandes de désabonnement.
    Pour ce faire, rendez-vous dans vos derniers rapports d’envois pour importer ces listes et supprimer définitivement les adresses concernées de vos fichiers internes et CRM. 
  • Les adresses comportant des fautes de frappe ou en doublon.
  • Les adresses n’ayant pas ouvert vos emailings depuis 3 ans (délai imposé par le RGPD). 

Si besoin ou en cas de gros volumes, vous pouvez vous aider d’outils comme la solution française MailnJoy ou Email List Verify qui analysent plusieurs points de contrôles pour qualifier vos adresses en leur attribuant un pourcentage de fiabilité. A la clé : un fichier “nettoyé” des adresses problématiques et une meilleure délivrabilité.

Soignez votre réputation auprès des Fournisseurs d’Accès Internet (FAI)

Les Fournisseur d’Accès Internet (FAI) disposent de critères leur permettant de définir la réputation d’un expéditeur. Pour que vos emails arrivent à bon port, il est donc essentiel de leur inspirer confiance. 

Pour déjouer leurs filtres anti-SPAM, voici quelques règles : 

  • Dans l’objet de votre emailing, évitez les “spam-words” , ces mots blacklistés par les FAI ayant un rapport avec l’argent, les arnaques, les offres spéciales/la gratuité ou encore la santé. Pour voir la liste complète , cliquez ici  

 

  • Évitez les pièces-jointes, souvent considérées comme SPAM par les FAI.  Renvoyez plutôt vers des liens ou sur la plateforme d’hébergement de de votre outil d’emailing. 

 

  • Respectez le ratio 60% texte / 40% image (voir 20% idéalement). Les filtres anti-spams traquent les images contenant du texte et risquent donc de mal interpréter vos intentions. 

Instaurez un climat de confiance avec vos contacts

Les filtres anti-SPAM des FAI tiennent de plus en plus compte de l’engagement des destinataires en leur permettant d’être eux aussi acteurs de ce filtrage. Il est donc essentiel de fournir à vos destinataires la meilleure expérience qui soit, afin d’éviter d’être blacklisté.

 

⇒ N’oubliez pas le lien de désinscription au début et à la fin de votre emailing. Celà n’impactera pas votre délivrabilité et évitera qu’un contact qui ne trouvant pas ce lien,  signale votre emailing comme SPAM.

 

⇒ Privilégiez une adresse d’expédition personnalisée (@votreentreprise.fr) et incluez votre marque dans votre nom d’expéditeur. Évitez également les adresses du type “no-reply”, qui génèrent une frustration auprès  des internautes et de la méfiance auprès des FAI. 

 

⇒ Mo-dé-ra-tion : c’est le maître-mot pour éviter d’être marqué comme SPAM ou d’être désabonné, donc ne sollicitez pas trop fréquemment vos contacts. D’après des analyses, la fréquence idéale pour un emailing commercial serait d’une fois par mois, et toutes les 2 semaines pour une newsletter. 

 

Vous l’aurez compris, la délivrabilité de vos campagnes dépend de multiples facteurs. Si vous souhaitez être conseillé ou accompagné, venez en discuter avec nos experts.